Porteur
Marianne Palisse
Session
2020
Co-porteur(s)
Marquisar Jean-Jacques
Titre
Les dynamiques d’occupation humaine du bas Oyapock entre le XVIe et le XXe siècle
Résumé
Il s'agit d'étudier les dynamiques de l'occupation humaine, les flux de personnes et de biens dans le bas Oyapock du XVIè au XXè siècle afin de comprendre quels étaient les projets des différentes populations, quels ont été les échanges et les dynamiques interculturelles et comment le territoire a été construit. Le projet réunit une équipe constitué d'un archéologue, d'un historien, d'une anthropologue et d'une géographe. Les méthodes consistent en l'organisation des données existantes, qui seront complétées par des recherches en archives et des entretiens sur le terrain. L'objectif est la réalisation de cartes diachroniques (une tous les 50 ans) accompagnée d'analyses interdisciplinaires permettant une nouvelle lecture de la manière dont le territoire est investi et habité.
Type de projet
Projet OHM
OHM(s) concerné(s)
  • Oyapock
Disciplines
Anthropologie, Archéologie, Géographie, Histoire
Image

Porteur

Marianne
Palisse
Marianne Palisse est maître de conférences en anthropologie à l'Université de Guyane et chercheuse dans l'équipe Ethnyc (Ethnoécologie et dynamiques culturelles) du LEEISA (Laboratoire Écologie Évolution, Interactions des Systèmes Amazoniens – CNRS-UG-Ifremer - USR mixte 3456). Elle mène des recherches en Guyane sur les situations d'interculturalité, les controverses environnementales, les pratiques agricoles, les modes d’habiter et l’accès au foncier avec un intérêt particulier pour la construction des liens à la localité en situation de multiculturalité. Elle a coordonné le projet DYALOG financé par la mission pour l’interdisciplinarité du CNRS sur les populations de l’Ouest guyanais face au changement côtier.

Participants

Marquisar
Jean-Jacques
Marquisar,Dennis,Martijn Jean-Jacques,Lamaison,van den Bel
Marquisar Jean-Jacques prépare actuellement une thèse en Géographie à l’Université de Guyane au sein du LEEISA. Elle travaille sur l’aménagement du territoire côtier de trois pays du plateau des Guyanes (Guyana, Suriname, Guyane française) depuis leur colonisation par les puissances européennes jusqu’à nos jours. Cette étude est mise en relation avec la dynamique littorale sous influence amazonienne afin de comprendre comment les différentes sociétés se sont appropriées, adaptées et ont transformé leur environnement pour pouvoir s’y établir. Il s’agit donc d’une thèse interdisciplinaire qui croise des approches géographique, historique, et anthropologique afin de mieux appréhender les dynamiques actuelles à la lumière de celles du passé. Elle a déjà travaillé en collaboration avec Marianne Palisse et Dennis Lamaison au sein du projet DYALOG dans le cadre de son mémoire de Master 2 qui portait sur la cartographie de l’espace vécu des...
Dennis
Lamaison
Marquisar,Dennis,Martijn Jean-Jacques,Lamaison,van den Bel
Dennis Lamaison est historien, spécialiste de l’histoire de la Guyane française à l’époque coloniale (XVIIe-XXe siècles). S’inscrivant dans le courant de l’histoire globale, il propose une déconstruction des archives coloniales permettant de sortir des récits européocentristes. Il a travaillé à plusieurs reprises sur l’histoire de la région de l’Oyapock, pour sa thèse de doctorat soutenue en 2015 (EHESS) et plusieurs articles et rapports (fort Saint-Louis, habitation et bagne de la Montagne d’Argent, usine sucrière de Saint-Georges et histoire du Contesté franco-brésilien).
Martijn
van den Bel
Marquisar,Dennis,Martijn Jean-Jacques,Lamaison,van den Bel
Martijn van den Bel est archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et réalise depuis 15 ans des fouilles archéologiques préventives en Guyane et aux Antilles. Il s’intéresse à l’histoire de la rencontre entre les Européens et les Amérindiens sur le Plateau des Guyanes. Enseignant vacataire à l’Université de Guyane (archéologie précolombienne), il a demandé son rattachement en tant que chercheur associé au LEEISA.